Road Book n°13

Mercredi 6 octobre : RAS à La Paz

Ciel bleu à La Paz

Jeudi 7 octobre : Quelques achats avant la visite du musée de la coca. Nous tombons sur la Une de l’un des principaux quotidiens nationaux, elle est vierge…

La Une de El Diario le 7 octobre "Sans démocratie pas de liberté d'expression"

Nous sympathisons autour d’un apéro puis d’un dîner indien avec Laura, Clément, Benoît et Vincent, quatre français qui passent également la semaine à l’hôtel Republica. En rentrant nous apercevons une tête connue… Stephen, croisé il y a deux mois à Vilcabamba en Equateur, il vient juste d’arriver à La Paz après avoir pris son temps au Pérou.

Vendredi 8 octobre : Achat de la presse du jour pour comprendre un peu mieux les Unes vierges de la veille (Voir “Dans les ténebres”). Skype et achat des billets de bus pour Arequipa demain (180 bolos par pers) où nous devons retrouver Célia qui vient nous rejoindre pour 15 jours de Pérou !

Soirée française avec nos nouveaux amis, nous dînons à La Comédie, un excellent restaurant français… souris d’agneaux confites, tartare de boeuf, mousse au chocolat. Qui a dit que la bonne bouffe nous manquait ?!?

Samedi 9 octobre : Journée bus et passage de frontière. Départ à 8 heures de La Paz. Passage de la frontière à Desaguadero sur la rive ouest du lac Titicaca vers midi et changement d’heure (il est une heure de moins au Pérou, nous voilà donc à nouveau avec 7 heures de décalage par rapport à la France).

Frontière péruvienne à Desaguadero

Poursuite de la route jusqu’à Puno où nous changeons de bus (il est 13h30, heure du Pérou). Arrivée à Arequipa vers 19 heures après 12 heures de trajet. Après avoir posé nos sacs à l’hotel Santa Catalina (30 soles pour 2, sdb partagée), nous nous retrouvons à manger des crêpes à l’Alliance francaise… je vous le donne en mille, notre choix se porte sur des crêpes au roquefort !

Je me rendrai compte le lendemain qu’en sortant du resto et en achetant de l’eau dans la rue, une main s’est vraisemblablement glissée dans mon sac et y a dérobé ma pochette d’argent… résultat des courses, 210 soles envolés (soit environ 60 euros). Vigilance à redoubler.

Dimanche 10 octobre : Célia arrive aujourd’hui, un chouette cadeau d’anniversaire pour Antoine ! Nous allons la chercher à l’aéroport en debut d’après midi. Remise à jour des nouvelles sur le toit-terrasse de l’hôtel en mangeant du camembert et de la charcuterie !

Apéro franchouillard sur les toits d'Arequipa

Nous arpentons les rues blanches et proprettes d’Arequipa avant d’admirer la tombée du jour sur l’immense et animée Plaza de Armas.

Antoine et Célia devant la cathédrale d'Arequipa, sur la Plaza de Armas

Pour fêter l’anniversaire d’Antoine nous nous offrons l’un des meilleurs restaurants de la ville, le Zigzag, gastronomie alpoandine. Tout est parfait de l’entrée jusqu’au dessert. La ville elle-méme célèbre l’évènement : un feu d’artifice est lancé juste devant le restaurant entre l’entrée et le plat (il faut dire que c’est un peu la fête en l’honneur de San Francisco qui a son église juste en face…).

Lundi 11 octobre : Petite journée d’acclimatation pour Célia, il faut ajouter l’altitude (2300 metres) au décalage horaire. Donc mollo. Nous visitons le Monastère Santa Catalina (35 soles par pers.), une splendide ville rouge et bleue dans le ville. Les cellules des soeurs en seraient presque charmantes (sic !).

Monastère Santa Catalina, Arequipa

Le premier déjeuner de Célia au Pérou sera l’un des pires que l’on ait mangé jusqu’ici, pas d’bol ! Après un rapide tour d’horizon de quelques agences, nous réservons le trek au canyon de Colca depuis notre hotel (Peru Andes Expeditions, 130 soles par pers.). C’est le second plus profond canyon du monde avec un dénivelé de 3200 mètres.

Un coup de folie nous pousse à rentrer au Casino, vive les machines à sous ! 45 minutes plus tard, ma machine annonce un “jackpot” de 135 soles, pendant les pièces s’écoulent régulièrement sur les machines d’Antoine et de Célia. Raisonnables nous arrêtons là : 33 soles joués, 200 soles gagnés ! Tournée de Pisco Sour !

D’autres photos d’Arequipa : ici.

Mardi 12 octobre : Lever 2h45… après 3 heures de sommeil ! Le canyon de Colca est à 180 km d’Arequipa. L’un des passages obligés avant de débuter la rando est l’observation des condors au lieu dit Cruz del Condor entre 8h et 10h du matin. Soit. Peine perdue pour les condors ce matin, il fait trop frais. Nous aurons cependant la chance d’en voir un entamant la descente vers le fond du canyon, jouant avec les courants chauds le long de la paroi abrupte. La descente est longue, pierreuse et pénible pour les articulations.

Dan la descente du Canyon de Colca

Après 3 heures, nous traversons le pont qui mène à l’autre rive. Célia n’est pas très en forme, mais heureusement le déjeuner la requinque, et le chat à l’oeil bleu et à l’oeil vert la distrait un peu.

Joli chat au regard vert et bleu

Vers 17 heures nous arrivons à l’oasis tant attendue ! Le fond du canyon est verdoyant et cultivé mais l’oasis est une perle de paradis arrosée d’une cascade.

L'oasis tant attendue au fond du canyon de Colca

Mercredi 13 octobre : Lever 5 heures. Au programme du jour, la remontée du canyon ! 1000 mètres de dénivelé. Nous en venons à bout après 2h30 d’effort.

La remontée du canyon. Tout à gauche au fond on aperçoit l'oasis, et un peu partout des gens qui serpentent sur le chemin.

De Cabanaconde nous prenons la route vers Chivay où nous attend un bain dans les eaux chaudes des volcans (39°C). Idéal pour délasser nos muscles endoloris.

D’autres photos du Canyon de Colca : ici.

Cabanaconde, terrasses et montagnes

De retour à Arequipa nous repartons presqu’aussitôt pour la gare routière. Nous avons prévu d’aller à Puno rendre visite aux îles du lac Titicaca. Mais dans le taxi nous changeons d’avis, nous irons directement à Cuzco en zappant Puno. Un programme trop intensif est nuisible pour la santé !

Jeudi 14 octobre : Après 12 heures de trajet (compagnie San Cristobal del Sur, 25 soles) dont une panne et un changement de bus, nous arrivons enfin à Cuzco. Vannés. A la gare routière nous nous laissons menés à l’hôtel Samanapata (20 soles par pers., petit déj inclus), dans le très séduisant quartier San Blas… des ruelles étroites et escarpées, de vieilles maisons, de jolies portes et balcons.

Quartier San Blas, Cuzco

Nous sommes impressionnés par le charme de la ville, ses places, ses nombreux monuments religieux. Evidemment le flot incessant de touristes qui sillonnent la ville induit l’insistance des nombreux vendeurs de souvenirs et des femmes en costumes traditionnels accompagnés de lamas ou de jeunes agneaux vous demandant de les prendre en photos pour quelques pièces. Mais c’est une vrai chouette ville, très animée.

Après un diner sur la Plaza San Blas, nous sortons boire un verre en écoutant le groupe la musique planante du groupe Maywa en live.

Cuzco la nuit

Vendredi 15 octobre :  Flâneries dans la ville. Almuerzo typique et délicieux, enfin ! Visite du Monastère Santo Domingo construit autour du temple inca Qoricancha, qui accueille une étonnante exposition d’art contemporain. Puis visite du Couvent Santa Catalina, austère.

Art contemporain au long cou au Monastère Santo Domingo

Nous nous perdons dans les ruelles de San Blas de nuit, et sommes adoptés par un petit chien noir à collier tissé. Il nous suit jusqu’à la Taverne de San Blas où nous allons picorer quelques tapas.

Célia, Antoine et le petit chien noir... comme à la maison

Etonnant hasard, Célia y reconnait Victor qui a travaillé quelques mois avec elle au Congo l’an passé. Le monde est décidément minuscule ! Nous refaisons le monde en caressant notre petit chien noir… avant de se mesurer au jeu de la grenouille dont les incas et la Picardie se disputent la paternité.

Le jeu de la grenouille, inca ou picard ?

Nous apprenons du gérant du bar que le maître du chien est à Lima… il l’a laissé là ! Attendris et fous, nous le laissons nous suivre jusqu’à chez nous.

Samedi 16 octobre :  Le petit chien noir nous accompagne toujours…  sa présence n’étonne même pas les gens de l’hôtel qui nous demandent même comment il s’appelle ! Il nous a comme qui dirait adopté mais nous allons devoir l’abandonner. Après le petit déjeuner qu’il a passé couché à nos pieds, nous prenons un taxi pour visiter quelques sites dans les environs de Cuzco. Dur dur de l’empêcher de monter avec nous… il retourne à sa vie de chien de San Blas. Nous filons vers Tambomachay. Sous un ciel gris nous marchons de Tambomachay à Puca-Pucara, puis à Qenqo et enfin Sacsahuaman.

Murs incas à Sacsahuaman

Sur tous ces sites incas nous observons les fameux murs aux pierres colossales et savamment imbriquées. La promenade est chouette et nous offre une jolie vue sur les toits rouges de la ville.

La Plaza de Armas de Cuzco vue d'en haut

D’autres photos de Cuzco et des alentours : ici.

Publicités
Cet article, publié dans Bolivie, Devoirs de vacances, Pérou, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Road Book n°13

  1. delacroix dit :

    Ben là j’ai juste une petite pensée pour le chien!!!

  2. Gérard dit :

    J’ai cru reconnaître le col du grand bec ou peut-être celui de la Vanoise ! j’hésite !

  3. Jacques dit :

    Bonjour à vous deux,
    Toujours de magnifiques photos quand l’hiver arrive presque en France. Bonne route et prenez soin de vous.
    Bises

  4. Dad dit :

    Mieux vaut un chat vairon qu’un politicien véreux…
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s