Road Book n°18

Jeudi 23 décembre : Premiers kilomètres en Argentine. Le bus traverse les Salinas Grandes, un désert de sel perché à 3550 mètres d’altitude. Moins blanc que le Salar d’Uyuni, indétrônable. Après un col à 4170 mètres, la route pique vers la vallée, nous dévallons la route sinueuse qui nous entraîne vers de grandioses décors de quebrada. Les montagnes sont colorées et abruptes, au milieu court une vallée verte. Nous arrivons à Salta vers 21 heures et nous laissons guider vers l’Hotel Nuevo Puesto (90 pesos argentins la chambre double, soit 18 euros ; dortoirs de 30 à 40 pesos par personne, soit 6 à 8 euros). Un peu défraîchi mais l’ambiance est jeune et détendue, c’est un peu une grande coloc avec sa cuisine, sa cour, sa parilla (l’indispensable barbecue argentin qui permet la préparation d’asado), son salon, son antique babyfoot et le wifi… Pour un peu ça me ferait penser aux Grenadilles (ma coloc en Guyane, la piscine et les bruits de la forêt en moins). Arrivés sur le sol argentin, nous sommes unanimes, ce soir au menu, c’est viande ! Une chance nous trouvons le vieux Jack et son excellente parilla, avenida Toledo. Les carnassiers, rassasiés et de joyeuse humeur sympathisent avec Eduardo, rugbyman vétéran, qui nous éclaire sur la région et nous plonge irrémédiablement dans le charme argentin.

Vendredi 24 décembre : Deux missions d’importance aujourd’hui, trouver une voiture de location pour la semaine prochaine et faire les courses de Noël. Nous nous acquittons de la première sans trop d’encombres entre deux empanadas (petits beignets de viande, de poulet ou de fromage), de même pour la seconde. Supermarché, épicerie fine, c’est le retour du monde moderne ! Au menu, simple mais efficace, fromage (on a trouvé du camembert argentin !) et charcuterie en entrée, boeuf et tomates en plat, le tout arrosé de vins argentins variés. Tous les petits groupes présents au Nuevo Puesto se préparent à dîner, la viande est au menu de chacun ! Il y a des étudiants français en échange à Buenos Aires, d’autres à Cordoba, des étudiants argentins en promenade, une famille allemande en voyage… Dès minuit, des feux d’artifices éclatent de toutes part dans la ville. Quand tous les étudiants sortent poursuivre la soirée dans les bars de la rue Balcarce comme c’est l’habitude ici, nous restons profiter de la douceur de la nuit. Le babyfoot résonne encore de tous ses rouages métalliques et grippés.

Mon beau sapin... roi de noël !

Samedi 25 décembre : Dodo, internet, tri de photo, rami et poulet à la crème.

Dimanche 26 décembre : Balade dans la ville. Seuls les alentours de l’église où les messes se succèdent sont animés.

Noël à confesse

L’après midi nous montons par le téléphérique observer la ville d’en haut. Le temps s’est couvert mais il fait toujours très chaud (près de 30°).

Salta

Avant de visiter le musée d’art contemporain de la ville, nous faisons un crochet par la parrilla de Jack, décidément une valeur sure !

D’autres photos de Salta : ici.

Ce dimanche soir est le soir idéal pour sortir dans une Peña, sorte de dîner spectacle où se produisent des artistes de folklore argentin. Nous sommes dix à l’hôtel et avions tous l’intention d’y aller. La peña retenue est La Panaderia del Chuña. Nous y partons tous ensemble vers minuit (en Argentine on vit tard le soir, comme en Espagne ; ne comptez pas aller dîner avant 21 ou 22 heures). Quatre femmes en tenue de gaucho noires et rouges mettent une ambiance de folie dans la salle, des danseuses de chacarera enflamment la piste, les boleadores impressionnent la salle par leur maîtrise, des spectateurs sont invités à danser…

Danseuse dans une Peña de Salta

D’autres photos de la Peña : ici.

Lundi 27 décembre : Notre voiture de location est une Chevrolet Classic, c’est-à-dire une Corsa avec un coffre (Hertz, 3000 pesos soit 600 euros pour 11 jours, au départ de Salta avec retour à Tucuman). En route pour les villages de la Quebrada de Humahuaca, situés au nord de Salta. Nous empruntons la sinueuse RN 9 pour arriver à Purmamarca, à l’entrée de la Quebrada vers 17 heures (155 km, 4 heures de route en comptant la pause pique-nique). Hôtel Bebo Vilte… le terrain est trop sec pour planter la tente, nous optons pour le sommaire dortoir vide (40 pesos en dortoir, sans petit déj’) puis filons au mirador El Porito qui surplombe la ville. Juste à temps pour attraper le coucher de soleil sur le Cerro de los Siete Colores (la montagne aux sept couleurs).

La montagne aux 7 couleurs de Purmamarca

Purmamarca est un petit village au fort attrait touristique. La petite église blanche perdue dans les arbres, le cadre montagneux et coloré, les petites maisons d’adobe et les rues terreuses lui donnent un charme indéniable.

D’autres photos de Purmamarca : ici.

Mardi 28 décembre : En route pour Humahuaca, le village qui donne son nom à la Quebrada, situé à 63 kilomètres plus au nord. En chemin nous faisons escale à Maimara puis à Tilcara.

Maimara. Le cimetière aux innombrables fleurs en plastique domine la ville et la Paleta del Pintor (palette du peintre), nom donné aux plis de strates sédimentaires multicolores qui s’étendent sur 6 km à flanc de montagne.

Le cimetière fleuri de Maimara

D’autres photos de Maimara : ici.

Tilcara. Sa gorge du Diable et sa Pucara (village fortifié vieux de 800 ans) abritée par une forêt de cactus, les géants cardones. Vue imprenable sur la Quebrada.

Vue de la Pucara de Tilcara

Humahuaca, près de 3000 mètres d’altitude. Nous optons pour le camping (Camping Carolina, 12 pesos par personne) fort agréable au milieu d’un grand champ bordé de montagnes rouges. Dans le village les enfants fêtent Noël, dansent et défilent dans les rues, sous les yeux des héros de l’indépendance, figés dans le bronze.

Quelques photos de Tilcara et d’Humahuaca : ici.

Mercredi 29 décembre : Décision a été prise de retourner à Salta aujourd’hui afin de ne pas perdre de temps et de réussir à croiser le Dakar tout en profitant de la région de Tucuman. Départ d’Humahuaca à 9 heures, arrivée à Salta à 12h30. Le temps de récupérer nos sacs au Nuevo Puesto, et hop en route pour Cachi… sauf que la voiture ne démarre plus ! Heureusement que nous sommes à Salta lors de cet incident, cela nous permet de récupérer une voiture dès la fin de journée. Cependant il est trop tard pour Cachi et les belles routes de la Vallée Calchaquies. Demain il faudra shunter et partir directement pour Cafayate.

Jeudi 30 décembre : Départ vers midi pour Cafayate à 190 km au sud de Salta. Arrêt en chemin à la Dique Cabra Corral, un lac artificiel dont on nous a vanté la beauté, il paraît que le pejerrey (la perche) y est excellent. Vérifié !

Dique Carba Corral

La route pour Cafayate traverse la Quebrada de las Conchas ou Quebrada de Cafayate. Nous nous arrêtons régulièrement pour admirer les points d’intérêt indiqués par un petit panneau vert, la gorge du diable, l’amphitéâtre, le panorama de las tres cruces… La quebrada est vraiment chouette, à mon goût encore plus belle que la quebrada du nord. Elle est plus étroite, plus sauvage.

El anfiteatro de la Quebrada de las Conchas

"Pour celui qui regarde sans voir, la terre n'est rien de plus que de la terre." Yupanqui

Nous choisissons l’auberge de jeunesse Ruta 40 (40 pesos par personne en dortoir avec petit déj’ et wifi) comme point de chute à Cafayate. Les propriétaires nous avertissent qu’ils ferment l’hôtel demain, qu’ils ne seront pas là mais que nous pouvons rester pour réveillonner.

Vendredi 31 décembre : Le temps est plus ensoleillé qu’hier. Après quelques courses en vue du réveillon (vin, viande, fromages, original n’est-ce pas ?) nous retournons dans la Quebrada de las Conchas. Nous avons tout le temps de nous arrêter où et quand bon nous semble. Nous nous emplissons de grands espaces.

La Quebrada de las Conchas sous le soleil

D’autres photos de la Quebrada de las Conchas : ici.

Nous aurions bien visiter quelques Bodega, la région de Cafayate étant tout comme celle de San Juan et Mendoza, fort réputée pour son vin, mais toutes ont fermé en début d’après midi.

Le soir venu et tout comme à Noël, les différents groupes présents à l’hotel s’affairent autour de la parilla. Nous sommes près d’une quinzaine dont une majorité de français et quelques argentines. Asado, bon vin (Don David entre autres), musique, danse et feux d’artifice, les ingrédients d’un jour de l’an réussi ! Même la chienne de la maison s’est bien amusée, elle avait trouvé le partenaire de jeu idéal…

Repas de réveillon

Samedi 1 janvier 2011 : En ce premier jour de 2011, nous quittons Cafayate pour San Miguel de Tucuman (4 heures de route, 200 km) via Tafi del Valle. Un petit air de suisse normande dans ces lacets noyés de verdure… l’Orne a été remplacée par le Rio Los Sosas.

On nous a conseillé le Tucuman Hostel, nous nous exécutons (45 pesos en dortoir avec wifi et petit déj’). L’offre hôtelière est assez pauvre dans cette grande ville de plus de 700 000 habitants au climat extrême. Puis les vacances d’été ont commencé et les étudiants argentins font escale à Tucuman avant de se ruer vers le nord-ouest du pays… L’hôtel est un peu éloigné du centre ville mais il fera très bien l’affaire.

Dimanche 2 janvier : Mauvaise pioche, j’ai choisi le lit à puces… près de 200 piqûres, pas mal non ?! La chaleur est effarante, nous passons la journée à nous traîner à l’hôtel où nous sympathisons avec Natalie et Bérangère, en vadrouille pour 6 mois. La nuit seule nous autorise à mettre enfin le nez dehors.

Bébé bus - Rue de Tucuman

Lundi 3 janvier : Le Dakar arrive à Tucuman cet après midi. Les véhicules entrent dans la ville pour s’installer et parader à l’hippodrome. Nous assistons au passage de quelques camions et motos avant de fuir l’hippodrome et son ambiance fête-à-neuneu-sous-le-cagnard pour nous réfugier dans la salle climatisée d’un glacier.

Arrivée du Dakar à Tucuman

Dakar sous le cagnard

En compagnie de Nat et Béran nous poursuivons la journée par la visite du musée des beaux-arts de la ville qui par bonheur expose des oeuvres d’art contemporain.

Musée des Beaux Arts de Tucuman

D’autres photos du musée des beaux arts de Tucuman : ici.

La journée s’achève autour d’un apéro salvateur.

Alexandra, Bérangère, Natalie, NOTRE serveur, Georges, Olivia

D’autres photos de Tucuman et du Dakar: ici.

Mardi 4 janvier : Suite à une mauvaise évaluation nous rendons la voiture de location avec trois jours d’avance et abandonnons l’idée d’une seconde location qui nous aurait mené vers les parcs nationaux de Talampaya et d’Ischigualasto, à 400 km au sud ouest de Tucuman. Georges et Alex partent en bus de nuit pour Mendoza pendant que nous installons la tente au fond du jardin de l’Hotel Pasiones Argentinas (10 pesos par personne), complet comme quasiment tous les hôtels de la ville. Encore une fois, nous sommes les doyens au milieu de tous les étudiants argentins. Mais au moins, nous pratiquons notre espagnol ! Cette nuit là, un énorme orage éclate. La piscine attenante du jardin s’est remplie de 40 centimètres, mais la tente a très très bien résisté, mieux que mon sac à dos qui a un peu pris l’eau…

Mercredi 5 janvier : Nous irons à Talampaya et Ischigualasto ! A 8 heures, après avoir replié une tente trempée, nous nous installons dans le bus pour Catamarca (compagnie Urquiza, 61 pesos par personne, 4 heures). C’est au très sympathique et baba cool Hotel San Pedro (40 pesos le dortoir avec wifi et cuisine à dispo) que nous lançons l’opération séchage. Vu la température, c’est plutôt rapide ! Le soir nous dînons en compagnie d’Andres qui vit à Rosario. Encore un argentin jovial et avenant, décidément c’est un pléonasme !

Le ciel de Catamarca

Publicités
Cet article, publié dans Argentine, Devoirs de vacances, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s