Marco & Malo passent la frontière

Les aventures de Marco & Malo – épisode n°12 (épisode précédent)

Gemma avait été précieuse… comme toujours. Il n’y en avait pas de meilleures pour glaner ça et là des infos qui pouvait servir. D’une, elle m’avait parlé d’un drôle de trafic. Des cargaisons douteuses, transportées au Pérou via un poste frontière situé là haut dans les montagnes. Cargaisons douteuses… De tortues bien sûr ! Mon sang n’a fait qu’un tour. C’était ces pourritures. J’en étais sûr. Et inquiet tout autant. Fallait avoir arrosé une palanquée de culs hauts placés pour se frayer si facilement un chemin à travers les Andes. J’allais devoir en botter quelques uns pour obtenir des réponses. L’autre avantage d’être allé voir Gemma était inattendu celui-là : mon Magret ne renaclait plus à m’accompagner. Il avait comme un béguin pour la petite. Héhéhé. Je ne sais pas, dans sa tête, quel manège s’était mis à tourner, mais ça pouvait me servir. L’alcool aidant – on s’était risqué sur le bizarre – il avait de lui-même jurer à Gemma de m’aider à détruire ce trafic qui, comme il avait déclamé pour l’impressionner : « l’indisposait. » Quel marlou celui-là. Mais il pouvait être utile.

– Ma… Malo?

– Oui mon Magret, t’as l’air d’être plus fumé qu’un lardon. C’est la révolution tunisienne dans ta tête ou bien?

– Je… ça bouge. J’ai des flashs, des couleurs et l’envie de tout rendre.

– C’est bien, laisse faire. Ça finira par se tasser.

– Qu’est-ce qui s’est passé ?

– T’as goûté du tordu. T’es grimpé sur le bar, t’as chanté la danse des canards en yiddish. Et juré de sauver toute les tortues de la planète aussi.

– Mon dieu, qu’a dû penser Gemma…

– Elle t’a trouvé savoureux. Enjoué et courageux. Je l’avais pas vu regarder quelqu’un comme ça depuis… depuis moi en fait.

– Ha bon? Vous êtes sûr? Mais où on est là? Et elle où est-elle?

– Doucement t’excites pas. On a une mission je te rappelle. Là, on est dans un bus qui va nous lâcher le plus haut possible. Et ensuite on va cuisiner.

– … quelle bonne nouvelle j’ai faim….

– … ben retiens toi… On va trouver ces salopards, les assaisonner comme il faut, les faire cuire à feux doux et voir quel jus ils vont rendre. C’est une recette qui marche à chaque fois…

– Mais…

– … quand à Gemma, elle a un bar à faire tourner. Elle nous rejoindra plus tard, si on a besoin d’elle, comme je le présume. Mais pour l’instant va falloir te calmer, patiente et lisse ton plumage.

– Vous croyez qu’elle pense à moi?

– … écoute moi mon Magret. Va falloir se concentrer sur autre chose là. Parce qu’on est arrivé. Tu vois cette montagne. Va falloir la grimper, Ya un refuge un peu plus haut. On va y passer la nuit et attendre. Une petite retraite spirituelle, je vais même en profiter pour upgrader tes aptitudes. Histoire que, quand les indiens arriveront, tu sois devenu un bon p’tit Custer. Tu veux sauver le monde pour conquerir ta belle? ça commence ici. Descend de ce bus mon Magret.

– Mais il gèle!

– C’est ce qui s’appelle la montagne. On n’a rien fait de mieux contre la gueule de bois. Descends maintenant.

Franchir la frontière...

Publicités
Cet article a été publié dans MarcoMalo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Marco & Malo passent la frontière

  1. Ping : Episode suivant : Marco & Malo, la chasse au canard

  2. Gérard dit :

    A voir leur peau, nos deux compères ont-ils pris un coup de vieux, ou serait-ce le froid?

  3. omaerten dit :

    Mouais… Z’ont pas l’air gonflés à bloc. Pourtant, une fois la frontière passée, il va falloir se donner, oublier le froid qui glace les doigts jusqu’à l’intérieur, vide le corps de toute sensation… Allez les p’tits gars !

  4. olivialabas dit :

    Vous vous rendez pas compte de l’effort que ça demande de gonfler nos zamis à cette altitude….
    Des bises !

  5. Thomas dit :

    oooh pourtant je pense qu’avec un peu d’ingéniosité, il est possible de le gonfler au méthane, c’est pas ça qui manque, enfin j’me comprends..;o)
    Belle histoire en tout cas, merci pour la ballade de la tortue barbouze et du canard là qu’est.. enfin j’me comprends..;o)
    Bref, de beaux efforts, bravo, un bécot aux deux bêtes plastifiées à qui vous donnez vie, et à Marco et Malo aussi bien sûr…;o)

    Gros bécoooots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s