Aux Indes etc – De Kochi a Mysore

Note : sorry pour les fautes d’accent a suivre… entre notre ordinateur chilien et les cafes internet indiens, nous eprouvons quelques difficultes !!
 

Le soleil brille ce matin sur Mysore dans l’état du Karnataka. L’air est lourd et poisseux, la poussiére colle á la peau. La fraicheur apportée par la pluie d’hier s’est déjá envolée.

Big Ben de Mysore

Cette pluie réveille les effroyables odeurs d’une ville á l’activité débordante. Quel décalage : un palais de Maharadja fastueux et extremement bien entretenu, éclairé de 1000 feux – ou plutot de 1000 ampoules – chaque dimanche pendant une heure, et une ville aux batiments qui s’écaillent ou le tout-á-l’égout n’est qu’une utopie.

Le trés ampoulé Mysore Palace

La semaine derniére nous avons arpenté plusieurs jours durant les rues de Kochi, retrouvant notre entrepot de gingembre en activite cette fois.

Séchage et conditionnement du gingembre

Nous avons également fait la connaissance de Xavier, un charmant indien amoureux de sa ville, qui nous a emmené á vélo dans des lieux inattendus, loin du quartier touristique de la ville.

Chinese nets en eau douce, sud de Fort Kochi

Aux alentours d’un temple, un bruit assourdissant mais rythmique et d’avenants sourires nous ont menés á un cours de tambour pour futurs officiants de temple. Pendant des années, 2h par jour, ces gamins frappent sur leur pierre de granit, jusqu’á la parfaite maítrise des rythmes.

Enseignement du tambour sur granit

Dans l’état du Kerala, on pratique une danse théatrale appelée Katakali.

Danseuse kéralaise

La gestuelle et les nombreuses mimiques du visage des acteurs sont richement codées.

Katakali, theatre aussi obscur que coloré

Nous resterons dans l’ignorance ne manquant pas cependant d’apprécier la complexité du maquillage et le comique des haussements de sourcils et autres roulements des yeux.

Maquillage

Les backwaters, d’immenses étendues lacustres, participent de la renommée du Kerala. Les Keralais y vivent comme sur dans une Venise tropicale á l’eau malheureusement plus souillee que de raison.

Backwaters, pres d’Allepey

Apres une breve navigation, nous filons vers le nord et la région du Wayanad limitrophe de l’état du Karnataka. Nous nous accordons une journée de repos, huilés de pied en cape pour un massage ayurvédique avant de jeter un oeil á la réserve naturelle de Muthanga qui abrite quelques centaines d’éléphants d’Asie en liberté.

Eléphants, Muthanga wildlife park

Au calme de cette région montagneuse succéde l’agitation de la ville de Mysore. Tous les chauffeurs de ricksaws vous le diront les spécialités locales sont le bois de santal, la soie et le yoga. La ville est agréable, méme si inévitablement foisonnante, bruyante et sale. De beaux batiments décrépis cotoient d’affreux baraquements cubiques en ciment. Mais saris et marchés colorés enflamment les yeux á chaque pas

Mysore

Ici comme ailleurs dans le commonwealth, on suit avec attention le tournoi des 8 nations de cricket qui se joue en ce moment méme au Sri Lanka. On vous rassure on n’a toujours pas compris les régles…

L’heure du cricket… on TV

Et quand le bruit et la crasse de la ville deviennent trop pesants, on file retrouver la sérénité d’un des nombreux temples historiques de la région.

Sérénité retrouvée

Ce temple en tres bon état nous a fasciné par la finesse de ses sculptures et la volupté des courbes de ses colonnes.

Temple de Somnathpur, Vishnu veille sur nous

Les visites de temple sont l’occasion pour nous de prendre quelques bus et de nous confronter á ce collossal bordel qu’est le transport routier indien. Mais heureusement c’est l’occasion de voir du paysage et de voir d’autres étal de fruits et légumes.

Bannur, pause entre 2 bus

Ce soir nous prenons un bus de nuit pour rejoindre Hampi ; 400 km et des poussieres et si tout va bien une bonne douzaine d’heures de trajet… on s’en remet á Ganesh !

Publicités
Cet article, publié dans Aux Indes et caetera, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Aux Indes etc – De Kochi a Mysore

  1. nicolas dit :

    Si je puis me permettre… on sent que vos récits de voyageurs laissent place à ceux de vacanciers. Il y a comme un sentiment de temps qui presse… il est toujours aussi agréable de vous lire mais je reste sur ma faim !
    Ceci étant dit, les chemins que vous empruntez et les rencontres que vous faites restent bien imprégnées de Voyage…
    Bonne continuation à tous les deux. Si jamais vous croisez Marco ou Malo passez leur le bonjour !

  2. olivialabas dit :

    Et bien Nico, tu vois juste. Et nous sommes plutot frustrés de nous sentir vacanciers, mais rien n’y fait. Le « voyage » a décidément besoin de temps… et l’écriture aussi demande ce temps que nous ne nous accordons pas vraiment. A voir comment nous apprendrons à négocier ces « vacances » ensuite (j’oserais dire « avec le temps », mas non justement).
    Snon, on a beau cherché Marco (Malo ayant trépassé souviens toi ! https://prendreletemps.wordpress.com/2011/08/06/marco-malo-apotheose/) dans les palaces du coin, il reste pour l’heure introuvable… Il se la coule certainement douce sur une plage au sable fin (et propre…).

  3. dad dit :

    Profitez bien de vos vacances…et si un touriste veut bien vous financer un supplément de temps et d’âme..! Hélas, vous n’aurez plus jamais assez de temps pour assouvir toute notre curiosité.
    L’important pour nous, est de partager votre plaisir . Good trip.

  4. Anne-Claire dit :

    Une pensée réjouie pour vous. Heureuse de vous savoir sur la route à nouveau, même si c’est dans un rythme différent. Un peu jalouse de vous savoir ainsi exposés au soleil et au différent. Dans l’espoir de vous revoir bientôt. Des bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s